Tu as déjà vendu une propriété? Dans ce cas, tu sais sûrement qu’il y a des acheteurs sérieux et d’autres qui le sont beaucoup moins. Et malheureusement, les acheteurs de cette deuxième catégorie peuvent entraîner des pertes de temps, des frustrations et même le découragement!

Bonne nouvelle : j’ai quelques trucs qui t’aideront à identifier rapidement les acheteurs sérieux. Ça t’intéresse? Lis ce qui suit!

Premier truc : avoir une bonne discussion initiale

Ici, il s’agit principalement de poser les bonnes questions et d’obtenir certains renseignements essentiels.

  • Est-ce que leur intention d’acheter et de se relocaliser est bien réelle?
  • Sont-ils pressés de concrétiser ce projet d’achat immobilier?
  • Est-ce que ces acheteurs potentiels sont au tout début de leur processus d’achat?
  • Ont-ils déjà fait certaines démarches auprès d’une institution financière?
  • Sont-ils tout simplement intrigués par la propriété ou la vie dans le quartier?
  • Etc.

Deuxième truc : reconnaître et gérer les acheteurs curieux

Par « acheteurs curieux », j’entends les acheteurs potentiels qui ne sont pas pressés d’acheter quoi que ce soit. Autrement dit, leur démarche d’achat n’a rien d’urgent. Ce ne sont pas des gens mal intentionnés, mais lorsqu’ils se multiplient, ils peuvent devenir pénibles à gérer.

Cela dit, ça ne veut pas dire qu’il ne faut leur donner aucune attention! En effet, dans beaucoup de cas, les acheteurs curieux sont aussi des vendeurs qui n’ont pas encore vendu leur propriété. Ils sont donc souvent au stade initial de la démarche de vente/achat.

Mon astuce de courtier immobilier : après avoir identifié les acheteurs curieux, je les invite à une visite libre. Dans certains cas, je leur propose aussi une visite privée, mais uniquement après avoir donné la priorité aux acheteurs plus sérieux.

Troisième truc : aborder l’aspect financier sans gêne

Ici, il s’agit de répondre à une simple question : les acheteurs ont-ils la capacité financière d’acheter ta propriété aujourd’hui?

La meilleure façon de le savoir, c’est de demander une lettre de préautorisation hypothécaire (aussi parfois appelée « préapprobation hypothécaire »).

Malheureusement, lors de la discussion initiale, certains acheteurs potentiels vont dire qu’ils ont les moyens d’acheter une propriété alors qu’ils n’ont même pas encore appelé leur banque. En me fiant à mon expérience de courtier immobilier, je te dirais même que c’est ce qui se produit dans la majorité des cas!

La solution : exiger une lettre de préautorisation hypothécaire récente et officielle d’une institution financière avant d’aller plus loin dans les démarches.

Selon moi, cette étape est absolument nécessaire, car pour obtenir une lettre de préautorisation hypothécaire, un acheteur doit avoir fait certains devoirs auprès de son institution financière.

C’est donc une preuve de son sérieux et du fait qu’il est réellement prêt à aller de l’avant.

Le mot de la fin

Pour savoir si des acheteurs potentiels sont vraiment sérieux, il faut appliquer les 3 trucs suivants :

  • Avoir une bonne discussion initiale pour obtenir les renseignements essentiels de la part des acheteurs potentiels.
  • Reconnaître et gérer les acheteurs curieux pour ne pas leur consacrer trop de temps et se concentrer sur les acheteurs plus sérieux.
  • Aborder l’aspect financier, notamment en exigeant une lettre de préautorisation hypothécaire.

En appliquant ces 3 trucs, tu éviteras les pertes de temps et le découragement. Après tout, vendre une propriété, ce n’est pas rien; inutile d’ajouter des frustrations à tout ça!

Tu as des questions? Tu as besoin de conseils? Tu veux parler affaires ou immobilier? Contacte-moi sans hésiter! C’est avec plaisir que je discuterai avec toi.

– Gabriel